11 astuces pour mémoriser un poème

Mémoriser un poème n'est pas toujours aisé et nombreux sont les enfants à se trouver en difficulté face à cet apprentissage.
Aujourd'hui, nous vous proposons onze astuces pour retenir une poésie.


1- Le vouloir

Simpliste? Evident?
Sans doute! Et pourtant, avant de penser à une difficulté, il est important de s'assurer que l'enfant souhaite retenir le poème qu'il doit apprendre. Il l'a choisi parmi 3 autres? Cela ne signifie absolument pas que celui-ci l'intéresse. En effet, il a pu le choisir par défaut.
Mais alors que faire?
Et bien tout d'abord tâchons de l'intéresser à celui-ci et assurons-nous que l'astuce 2: "Comprendre" est effective.
Ensuite, rappelons-lui qu'une évaluation est liée à celle-ci: si ce n'est pas l'intérêt pour le texte qui le motive, le résultat peut l'inciter à s'impliquer.
Et si vous êtes libre d'école ou bien si cela est possible pour vous, pourquoi ne pas lui proposer de choisir lui-même? Par exemple un texte ici : recueil de poésies cycle 3-Tableau noir.

2- Comprendre

Bien souvent l'enfant n'a pas compris la poésie qu'il doit retenir ou bien ce sont un ou plusieurs mots qui l'ennuie(nt).
Prenons le temps de l'inviter à comprendre seul ou de lui expliquer.
Sans compréhension, l'apprentissage sera difficile.
Invitons l'enfant à reformuler l'idée de chaque strophe ou vers.

3- Croire en soi

Après la compréhension vient la confiance en soi.
Cette confiance est difficile si l'enfant n'a pas compris. En effet, il risque d'imaginer qu'il est un idiot s'il ne comprend pas et ne peut donc pas retenir sa poésie.
Il a eu une mauvaise notre pour sa dernière récitation?
Ce n'est pas définitif, tout peut encore changer. Le passé est passé. Aujourd'hui il peut y parvenir!

Pour les élèves les plus timides ou ceux qui ont des difficultés particulières, un passage après d'autres élèves sera important et dans certaines situations, un tête-à-tête avec l'enseignant peut être indispensable pour un bon résultat. Injuste par rapport aux autres? Mesure trop "protectionniste"? Non, certains enfants ont besoin de cette attention particulière. Tenons-en compte.
Lorsque nous serons parvenus à le rassurer, à dédramatiser ce moment du passage en public, l'enfant pourra réciter sa poésie.
La confiance en soi d'un enfant peut être fragile, nourrissons-la, elle construit l'adulte de demain.

4- Se concentrer

Apprendre une poésie avec la télévision allumée, c'est un bon moyen de ne pas la retenir efficacement.
Du calme est indispensable pour réciter un texte au mot près.
Invitons l'enfant à se centrer sur la poésie et seulement sur elle. Et pour faciliter cette concentration, procédons par étape.

5- Observer

Invitons l'enfant à observer la poésie : combien y a-t-il de strophes? Y a-t-il des rimes?
Il peut également surligner de la même couleur les différentes rimes. Pour un enfant dys, cette astuce peut s'avérer un plus pour la mémorisation.
Remarque-t-il que certains mots, certaines structures de phrases se répètent ? 

6- Découper la mémorisation

Pour la majorité des enfants, différentes étapes sont nécessaire pour mémoriser.
Ainsi il est possible de retenir une strophe tous les deux jours par exemple.
Sachez toutefois qu'une minorité d'enfants apprend mieux à la dernière minute. Pour ceux-ci, une lecture de temps à autre et un apprentissage plus dense et peu fréquent s'avèrent plus efficaces, cela leur évite l'ennui de nombreuses redites qui les amène à se détourner du texte et à ne plus apprendre.

7- Utiliser son profil sensoriel 

Comme indiqué dans cet article, la plupart d'entre nous a un profil sensoriel. 
Lire à plusieurs reprises lorsqu'on est visuel, répéter/se répéter la poésie lorsqu'on est auditif et bouger en se racontant le poème lorsqu'on a un profil kinesthésique est un plus.
Cependant ce n'est pas suffisant.
Plus les canaux sensoriels sont sollicités, plus la mémorisation est performante. En effet les données retenues le sont alors dans différentes mémoires et non dans une seule.
Il est donc important de solliciter plusieurs canaux comme nous allons l'évoquer dans les astuces suivantes. Invitons-le à se créer des images mentales, visuelles ("calepin visuo-spatial") et auditives ("boucle phonologique").

8/ Copier et illustrer

Lorsqu'un poème est présenté, les premières propositions sont généralement de le copier et de l'illustrer par un dessin de son choix afin de se l'approprier.
Ce sont de bonnes idées, ce n'est cependant pas suffisant.
Tout d'abord, n'oublions pas de laisser une copie dactylographiée du texte aux enfants en difficulté orthographique ou dyspraxique ou bien ils risquent d'apprendre une poésie truffée d'erreurs.
D'autre part, évitons les copies-punitions, elles sont inefficaces et décourageantes pour un certain nombre d'enfants. Or l'enfant risque alors de ne plus vouloir (astuce 1), croire en soi (astuce 3) et se concentrer (astuce 4).

9/ Dessiner/Avec une version illustrée

Un certain nombre d'enfants apprécient de petits dessins en lien avec chaque vers, soit des dessins qu'il réalise lui-même, soit des dessins réalisés par l'adulte.
Cette version illustrée peut également faciliter compréhension et mémorisation pour les enfants à profil dys ou TDA (en fonction du profil, comme toujours à tester en fonction de l'enfant). 
Un exemple ci-dessous, chaque association d'idée doit bien sûr être comprise par l'enfant ou bien le dessin sera inutile. Des lignes ou cases tracées peuvent faciliter le repérage pour les dyspraxiques (non réalisées sur l'exemple) :

Arc en ciel

Le soleil était amoureux
De la chaude pluie d'été
Mais il était bien malheureux
De ne pouvoir la rencontrer

La pluie, elle ,se désolait
Car les nuages en farandole
Lui cachaient son idole
Chaque fois qu'elle s'en approchait

Un jour le ciel voulut bien les aider
Et créer l'arc en ciel
Pour qu ils puissent s'aimer.

B-Casadesus


En version illustrée :

10- Répéter

Afin d'être retenu, le poème sera répété à plusieurs reprises.
On peut ainsi proposer à l'enfant de lire un vers puis de le répéter à voix haute. Puis de lire le second vers et de répéter les deux premiers et ainsi de suite.
Si l'enfant apprécie une version illustrée, on peut lui laisser dans un premier temps afin qu'il s'en serve comme aide-mémoire.

11- Interpréter/jouer

Enfin, on peut inviter l'enfant à interpréter le poème à retenir.
Tout d'abord en variant les intonations, comme s'il s'agissait d'une pièce de théâtre, mais également en "vivant" le poème. De cette façon les trois profils: visuel (l'enfant lit), auditif (l'enfant entend et répète) et kinesthésique (l'enfant joue et ressent le poème) sont sollicités.
Ainsi, si nous reprenons le poème ci-dessus, en récitant, on peut :
Le soleil était amoureux : proposer de mettre la main contre le coeur
De la chaude pluie d'été : mimer le mouvement de la pluie
Mais il était bien malheureux : opter pour un visage triste
De ne pouvoir la rencontrer : mimer un "non" avec le doigt

La pluie, elle ,se désolait : mimer le mouvement de la pluie en ayant un visage triste
Car les nuages en farandole : former plusieurs nuages avec les mains
Lui cachaient son idole : cacher ses yeux
Chaque fois qu'elle s'en approchait : rapprocher les mains comme si elles cherchaient à se rencontrer

Un jour le ciel voulut bien les aider : pointer le ciel avec le doigt
Et créer l'arc en ciel : opter pour visage ravi et mimer la forme d'un arc-en-ciel
Pour qu'ils puissent s'aimer : former un coeur avec ses mains


Bonne mémorisation !

Ne manquez aucun article en vous inscrivant à la newsletter:



Articles les plus consultés